Le Moyen âge en Ethiopie : VIIème au XVIème siècle

vendredi 22 mars 2013
par  Delphine Brondel
popularité : 4%

Au mois de février, les 5 classes de CM1 ont reçu Anaïs Wion, Historienne, chercheuse au Centre Français des Etudes Ethiopiennes à Addis-Abeba. L’intervention portait sur le Moyen âge en Ethiopie (du VIIème au XVIème siècle).

Au cours d’une première séquence, les élèves ont découvert des sources historiques (icônes et textes) datant du XIIIème siècle. Ils ont ainsi pu retracer la vie du roi Lalibela :
- l’étendue de son royaume ;
- son mode de vie nomade ;
- son entourage ;
- son rôle ;
- mais aussi l’influence de l’Eglise chrétienne à cette époque.

Au cours de la deuxième séquence, c’est l’islamisation de l’Ethiopie qui a été abordée à travers une étude de carte, des photographies de stèles retrouvées dans des cimetières musulmans (rares vestiges de cette époque) et d’un texte écrit par un géographe égyptien Al-Umari vers 1345.

Voici la synthèse élaborée par les élèves à l’issue de la séance :
Au IXème siècle, des commerçants musulmans venus d’Arabie, s’installèrent dans la ville de Dahlak et ouvrirent une route commerciale d’est en ouest jusqu’à la ville de Choa : ils apportaient en Ethiopie des tissus, des objets en verre, en métal, des bijoux… et achetaient de l’encens, du musc, du cuir … pour les revendre dans le monde entier.
Au XIIème siècle, cette route fut fermée (on ne sait pourquoi !) et remplacée par une deuxième route allant du port de Zeyla jusqu’à la ville de Choa. Autour de cette deuxième route naquirent 7 royaumes musulmans qui étaient en rivalité. Certains des rois de Zeyla payaient un impôt au roi chrétien de l’Amhara.
Au XVIème siècle, des conflits opposèrent ces différents rois musulmans et un seul roi prit le pouvoir. Il se lança dans une guerre contre les chrétiens qui dura 30 ans. Cet épisode et ce siècle marquent la fin du Moyen âge en Ethiopie.


Annonces

Postes à pourvoir

Professeurs résidents (détachés) :
Néant.

En contrat local (recrutement sur place)

Professeur d’éducation physique et sportive (EPS)

Instituteur (trice) possédant une maîtrise parfaite du français (niveau DALF C1 au minimum)

Secrétaires possédant une expérience administrative en établissement scolaire